AstroSaône
Accueil > La pratique > Outils pour l’observation > Analyse des mesures d’occulations d’etoile
Analyse des mesures d'occulations d'etoile

Analyse des mesures d’occulations d’etoile

dimanche 2 décembre 2012, par Jean-Louis

Pour donner suite à mon compte rendu d’observation du 18 novembre sur le terrain, voici la suite de la manip bien au chaud à la maison :

Je me retrouve donc (ainsi que mes deux autres confrères) avec le résultat de notre observation :
Une simple bande son sur laquelle nous avons au minimum :
-  Un bip horaire qui nous permettra de nous caller sur le temps réel. (bip horaire d’une horloge atomique donné par tout système fiable de données)
-  Des « top » et des « tip » qui signalent respectivement la disparition puis la réapparition de l’Etoile
-  Eventuellement des commentaires courts qui permettent d’affiner l’information.
Nos coordonnées précise du télescope obtenus grâce aux infos notés du GPS le jour de l’observation.
Comme matériel, j’ai pour le moment juste :
-  Mon chronomètre
-  Mon enregistreur vocal
-  Une feuille de papier sur lequel je note les infos importantes.
Mon enregistreur voal a la particularité d’afficher la minute seconde de l’enregistrement. Cela me permet donc de trouver facilement la seconde a laquelle a lieu un évènement.

La première chose que je fait est donc d’écouter l’intégralité de la bande son pour noter la minute seconde ou je vais entendre l’évènement que je dois noter avec précision sur le chrono(cela me permettras d’éviter d’être surpris et d’avoir un temps de réaction plus rapide).

Je note donc sur une feuille les minutes secondes de mon lecteur ou survienne les éléments de mon enregistrement qui sont :
1) Le top horaire de 18h radio France
2) Le top horaire de 18h18 de l’horloge parlante de mon téléphone.
3) Le premier top (premier disparition)
4) Le premier tip (première réapparition)
5) Le second top
6) Le second tip.

Ensuite, je fais plusieurs tests (une dizaine) avec mon chrono en faisant défiler la seconde et en tentant de l’arrêter dès l’apparition de la minute.
Cela me donne mon temps de réaction lors de l’apparition d’un évènement a un moment connu. (Temps nettement plus court que celui imprévu du top et du tip qui pour moi est d’environ 0,4 sec)

Je fais la moyenne de mon temps de réaction et déduirais ce temps au chrono que je prendrais pour corriger mon temps de réaction.

Je cale ma bande son quelques secondes avant le dernier top horaire précis connus (celui de mon tel). Prends mon chronomètre en main. Les yeux rivés sur les secondes de mon lecteur avec en vue la feuille ou j’ai noté les secondes ou surviennent les évènements.

Je lance la lecture, surveille l’horloge de mon lecteur, et avertit par les secondes de mon lecteur appuie immédiatement a l’écoute de l’évènement a chronométrer.

Le premier étant le bip horaire téléphone, (instant 0), ensuite prends le temps de chaque évènement avec le chrono « temps partiel »
J’obtiens ainsi une liste de 5evenements :

1) Le top horaire de 18h18 de l’horloge parlante de mon téléphone==> Temps 0
2) Le premier top (premier disparition) ==> temps 0 + x sec, y 1/10
3) Le premier tip (première réapparition)==> temps 0 + x sec, y 1/10
4) Le second top==> temps 0+ x sec, y 1/10
5) Le second tip. ==>temps 0+ x sec, y 1/10

Je fais une dizaine de fois la manip en enregistrant à chaque fois l’information dans un fichier Excel
Qui me calculeras la moyenne de mes 10 chronos pour chaque évènement.

Ensuite, il me faut caler tout cela par rapport au temps réel de l’horloge atomique (cela sert à coordonner toutes les infos des participant sur la même base de temps et a gagner en précision pour la traçage du profil lunaire par rapport à notre position sur terre (un peu de trigo)

Pour cela j’entre dans mon fichier Excel, l’heure précise donnée par mon horloge parlante (temps 0 de mon chrono) cela me calcul automatiquement l’heure précises de chaque top et tip que j’ai noté.

J’entre ensuite dans mon fichier mes 2 temps de réaction :
-  Le premier très court qui est mon temps de réaction au chronomètre, qui est soustrait au temps réel
-  Le second un peu plus long(0,4 sec) qui est mon temps de réaction moyen a un évènement impromptu.

J’obtiens donc avec une précision relativement importante, l’heure exactes a laquelle sont survenus les évènements.

Il ne me reste ensuite pus qu’a remplir le formulaire de réponse vierge que Cedric m’as envoyé sur lequel je note quelques informations, nom, prénom, etc…
Mes cordonnées GPS lors de l’observation. La date, l’heure, l’Etoile occultée, des infos sur mon télescope, les infos sur ma base de temps, ainsi que sur mes temps de réaction, et enfin, le graal :
Tous les temps que j’ai chronométrer.

J’envoie tout cela a Cédric qui coordonne les info et les envois a JEAN SCHWAENEN EN BELGIQUE qui les récupère et fait tous les calculs et archivage des données.

Il nous renverra par la suite nos résultats avec le profil lunaire que nous avons mesuré joint en image ci jointe…

Voilà l’opération est finie…la manip était passionnante, et avoue être impatient de participer à la prochaine mesure, l’aspect communautaire, et participatif, m’as réellement intéressé.

La prochaine occulation est une occultation par un astéroïde le 5 janvier. La prochaine rasante sera en févier vers DIJON.

Qui se joint a moi ???

Word - 71 ko
Feuille report occul­tations
JPEG - 82.7 ko
inc-documents

1 Message

  • Analyse des mesures d’occulations d’etoile 3 décembre 2012 16:14, par Christian

    Très intéressant. C’est super d’avoir pu faire la démarche de A jusqu’à Z !!
    Mais je pense que le mode opératoire dépend très largement des outils de chacun.
    Même si la "base" reste la même : magnéto, horloge atomique, chronomètre, GPS... la réalisation pratique est tributaire du support à ta disposition.
    En décembre 2011 je m’étais fait un mode opératoire où tous les outils étaient rassemblés sur un même iPhone... ce qui n’est pas sans poser des problèmes de multitasking !!
    Je ne pourrai sans doute pas le mettre à l’épreuve le 5 janvier prochain car je ne serai sans doute pas dans la région.. mais pourquoi pas en février ?
    Ne manque pas de nous faire connaître les résulatts définitifs de l’exploitation par B. Schwaenen.




AstroSaône, astronomie dans le Mâconnais Val de Saône. Association club de passionnés d'astronomie dans le secteur géographique proche de Mâcon, sur 3 départements: La Saône et Loire (71) avec le Mâconnais, L'Ain (01) avec la Bresse du Val de Saône et Le Rhône (69) avec le Beaujolais.